Voici le mois de mai Aglaglagla Aglaglaé Voici le mois de mai... Samira, belle Pisane, s'en allait promener dans la lambrusque matinale À la recherche de son secret : la cueillette printanière des fleurs d'astragale La belle était vêtue pour l'occasion de frusques dominicales Curieusement en cette saison Samira cancanait autant qu'elle grelotait Pieds et…

Cher F., Cela fait bien trop longtemps que je ne me suis plus assise à une table et n'ai entrepris de t'écrire proprement et sagement (enfin, tout est relatif...). Lorsque je reprends mon carnet, c'est comme si je te reprenais dans mes bras, c'est comme une douce étreinte que j'aurais attendue depuis longtemps. C'est un…

J'ai la main. La mainmise ? Pas d'emprise. Ni de prise. J'avais la main pourtant qui conduisait. L'écriture était dirigée, bien manœuvrée. Une écriture colorée. Qui voulait bien faire. Qui voulait séduire, plaire. Qui avait du répondant, voulant satisfaire, prendre aussi les devants, et se laisser surprendre, guider, aimer... sans jamais vouloir s'effacer. Mais les…

Chers auteurs, chères autrices, Chair écrevisse, Chers lecteurs, chères lectrices Mes chers abonnés, Encouragée par les habitués de cet événement artistique adulé par les auteurs, artistes et poètes de notre belle communauté, je suis ravie de vous inviter sur laplumefragile pour participer activement à l'Agenda ironique du mois de mai ! En quoi cela consiste…

La couleur de la tendresse

Vois. Ta tendresse est nue, mobile et volatile Elle m'effleure, t'échappe et repart sans rien dire Sens. Ta tendresse est le parfum prenant, passager et fuyant de la glycine et du lilas tombant Goûte. Ta tendresse est un délicat souvenir tissé comme le napperon vichy qui recouvre la confiture Ta tendresse est sucrée, comme ton…

Je ne t’ai pas dit…

Pour lecteurs avertis. Je me trouvai nue dans la cuisine. À moitié. Je portais mon petit débardeur léger. Le blanc, pourtouré de sa petite dentelle légère. Rien en dessous. Juste le haut, pas de bas. Fesses et jambes nues, à la merci du regard envieux et désireux du mari, qui me trouvait belle à souhait,…

D'un effleurement trivial Nos hanches se rapprochent et s'épaulent Buste contre buste Nos corps sensiblement s'épanchent et se cognent Du déhanchement de nos lèvres À nos ventres solaires animés Nos êtres solidaires s'étreignent Mon dos se calque épousant la roche masculine Ton torse claque éclaboussant nos poitrines viriles Belles parois voluptueuses de chair contre la…

Chers lecteurs (poésie-relais)

Chers lecteurs, Chers abonnés, Cher visiteur, Mon dernier billet, intitulé La marche mais curieusement inscrit sur une immense vague, m'incite à vous parler d'une auteure-poète, Isabelle Bielecki, rencontrée lors d'un "sarau" (du portugais, comprenez assemblée, réunion, rassemblement populaire) de poésie à Bruxelles. En l'écoutant et en lisant sa poésie, j'ai perçu un écho certain à…