La bohème

Bonheur d'aventuriers Menant vie de bohème Filament d'aubaine Roule le chemin Desserrant les liens Plume vive et sereine Agrippée au sentier S'accorde la bohémienne Ni à un lieu ni à un rêve Danse la bohémienne Sous tous les temps Errants les je t'aime Resserrent les amants Coule leur sang Coule la Seine Sous les ponts…

Cher F., C'était beau, nous deux, ce soir. C'était beau nous deux. Cela veut dire quoi ? C'est simple, cela va tenir en une lettre, celle-ci. Aujourd'hui, j'ai ma petite mèche rebelle, comme Proust avait la sienne. Cette mèche rebelle, comme elle est belle ! Elle te fait signe et t'invite à suivre sa courbe…

Le chat du hasard

"Quand soudain..." - Quand soudain quoi ?! "Quand soudain..." - Quoi papy ? "Je ne me souviens plus". - Oh, mais zut à la fin ! tu te moques de moi ! "Oui, c'est dommage, hein, parce que c'est une très belle histoire. Quelle confusion... Si ta mamie était là, et papillon, aussi, il nous…

Cher F., Oh, tes mots, tes doux mots. Ils me font tellement de bien. Encore plus de bien quand je ne m'y attends pas, quand je crois que je dois faire jouer l'amnésie, quand je crois que je dois faire semblant d'oublier. Tout oublier. Pourquoi l'autre chante que ce n'est plus la saison du spleen…

Des pieds à la tête

Je n'ai pas oublié. Même après tous ces jours écoulés sans nous appartenir, sans nous étreindre et sans nous contenter, je n'ai pas oublié. Je n'ai pas oublié cette sensation délicate et sensuelle, cette sensation agréable et nouvelle éprouvée la semaine passée. Cette sensation d'accord parfait, quand nos pieds... quand nos pieds se sont mis…

Voici le mois de mai Aglaglagla Aglaglaé Voici le mois de mai... Samira, belle Pisane, s'en allait promener dans la lambrusque matinale À la recherche de son secret : la cueillette printanière des fleurs d'astragale La belle était vêtue pour l'occasion de frusques dominicales Curieusement en cette saison Samira cancanait autant qu'elle grelotait Pieds et…

Cher F., Cela fait bien trop longtemps que je ne me suis plus assise à une table et n'ai entrepris de t'écrire proprement et sagement (enfin, tout est relatif...). Lorsque je reprends mon carnet, c'est comme si je te reprenais dans mes bras, c'est comme une douce étreinte que j'aurais attendue depuis longtemps. C'est un…