Je décolère. Je ne pèse plus mes mots Ceux-ci sortent de terre Fuyant l'éternel caveau Je me raccroche à ta pensée Qui seule peut donner assez d'eau À cette plume cette plante cette pierre Mortifère autrefois trop souvent Ce soir je suis neuve Tirant un beau trait solennel Sur une âme veuve d’antan Je m'endors.…

Pensée matinale (VI)

Je ne t'en voudrai plus quand le soleil aura passé sur ma peau nue Attendant que la joie revienne je sombrerai comme les feuilles d'un automne sans fin sans y penser tout aura disparu la colère l'inspiration d'un matin le désir qui s'est tu un instant entre deux branches comme le linge suspendu attendant sage…

Pensée matinale (V)

À travers le miroir du monde Se trame un matin gris Regard morose embué Sur ma prose Surgit l'esprit éveillé Les yeux fermés En pensées je te lis Motus. Puis nos bouches décousues enrouées Se délient dans le reflet De nos vies fragilisées Traversée de l'âme À tout reconstruire Sur le fil Amant De nos…

Il règne un calme étonnant dans l'appartement. R. a ses écouteurs. L. mon casque sur les oreilles. Moi j'ai levé le nez de mon bouquin et j'écoute la cloche de l'église, qui sonne 18h je crois, le vent qui traverse la pièce en long et en large (je te parlais des courants d'air...) et le…

Ça y est. Extinction de voix au réveil. Gorgées de thym et de citron. Chaleur accablante. Ressenti entre 40 et 45 degrés. Repos ? Pas tout à fait. Il faut sillonner la ville. Avons beaucoup marché. Première belle chute sur le béton armé québécois. Sublimes égratignures. Pas mécontente d'avoir pris la trottinette dans la valise.…

De tes nouvelles. De l'oxygène amoureux. Grosse fatigue aussi. Crois-tu que nos états soient parallèles ? Mal de gorge. Dans les courants d'air jour et nuit. Quelque chose d'étouffant dans l'air. Et l'affreux air conditionné sévit dès que nous prenons les transports. Bus-métro-métro-bus. Les distances sont trop longues, même au cœur de la ville. État…

Difficile d'écrire. Pas de circonstances propices. Une heure seule et une seule heure pour te donner des nouvelles me doucher et faire à manger. Pas le temps de penser à toi pourtant tu occupes tout le temps mes pensées. Le fil de ces pensées ressemble à un train qui file et ne s'arrête pas. Bel…

Pensée matinale (IV)

À bout de souffle Permets-moi... Permets-moi De penser à toi Un peu Beaucoup Au bout du compte Rester sans voix Et sans savoir Pourquoi Panique des sens Bleu désarroi De l'asphyxie Matinale agonie Manque ton regard Regarder l'évidence En face de soi À la folie Pas de doute Permets-moi De penser à toi Du matin…