Cher F., Où dors-tu ce soir ? Il y a une panne d'électricité dans notre quartier. Je n'aime pas travailler dans le noir, mais j'aime lire lampe de poche allumée. J'essaye de suivre, une ligne après l'autre. Et je vois du coin de l’œil dissipé par les mouvements oscillants de la lampe posée sur mon…

Chers lecteurs (merci)

Chers lecteurs, Chers abonnés, Cher ami de passage, Aujourd'hui, laplumefragile a un an ! Oui, c'est un site très jeune, et je dois dire qu'à sa genèse, je n'y croyais pas trop. Je savais seulement mon besoin pressant et hurlant d'écrire. Pour le reste, aurais-je le courage, la volonté, la motivation d'écrire (régulièrement) ? Est-ce…

Nos souvenirs traversent des époques Et s'égarent sous nos chaudes redingotes Bien à l'abri du vent de la révolte Ils trouvent parfois refuge sous les feuilles mortes Nos regards équivoques se perdent dans la brume Scintillante et inondant le lac d'écumes Sous les yeux des passants qui éblouis contemplent Ces feuilles tout juste roussies depuis…

« J'ai lu tout Queneau » Ben mon vieux, quel culot ! t'es pas couillu, toi, j'aurais pu pensé quand il m'a sorti ça d'une traite. Mais non. J'avais pris cette affirmation à la légère en présumant que cela pouvait être vrai, sincère. Un homme comme lui, ça pouvait l'faire. Il en était bien capable…

la plume étanche

Billet un peu particulier. Expression brute. Sévère. Aride. La plume n'a pas voulu du papier. Le papier s'est refusé à la plume. Encre trop sèche, trop froide ? Le divorce n'est pas loin. La rage l'emporte : déchirure. Feuille noircie de ratures, d'une écriture saccadée, de caractères chinois qui n'ont pas réussi à raviver la…

Jardin secret

Egon Schiele, Umarmung liebespaar, peinture

Depuis combien de temps Trump n'a-t-il pas mis les pieds dans un jardin ? Depuis combien de temps n'a-t-il pas respiré le parfum d'un bouquet de fleurs ? Et si le dégel du permafrost pouvait être en majeure partie à l'origine du changement climatique que nous vivons ? Nos enfants nous en voudront-ils ? Et…

Cher F., J'en reviens à mes premières amours, mes lettres. Les seules qui parviennent à me canaliser. Hier, impossible d'écrire, mais aujourd'hui le temps s'y prête. La tempête est proche. Il a plu toute la matinée et la pluie n'a toujours pas cessé. Le vent s'est levé et les arbres commencent à tanguer. Les feuilles…

L’odeur du pain grillé

Reprenons à son sujet : petits seins, cul ferme, cuisses un peu fortes (nage), jambes rondes, très bonne branleuse (la main glisse, les jambes se replient, la tête va de droite à gauche sur les oreillers), excellente toucheuse (finesse des doigts, on oublie toujours que l'italien toccare a donné toccata). Pas de confusion, si fréquente,…

La coureuse

Lettre aux coureurs et aux lecteurs de Cécile Coulon Ce banc me nargue. Se faire narguer par un banc, c'est tout de même un peu fort. Au prochain tour, je l'ignore. Ah ! mais il est si beau dans cette lumière. À cheval, entre l'ombre des feuillages et le soleil. Dire que je pourrais me…

Le Cercle littéraire de Guernesey

Je ne sais pas si je trouverais les mots justes pour cette critique. Je dirais simplement que le film était beau. Les scènes, les décors, les personnages (clichés à souhait), l'histoire dans l'Histoire, le tout formait un cadre bien homogène, agréable et attendrissant. Mais, spectateurs abhorrant les romances presque indolores et les scénarios cousus de…

La fille aux yeux gris

Je regardai au loin et repérai une place libre. Je filai m'asseoir sans me presser car personne ne semblait vouloir s'y asseoir. Pourtant, ce n'était pas le monde qui manquait. Ce siège était une aubaine. Mon sac pesait. Je m'assis. Je posai alors un court instant mon regard instinctivement sur la personne à qui je…

éventails, NANJING, CHINE

Les souvenirs, c'est comme une collection de beaux éventails...

cette oeuvre provient de marie julie gauthier

Poème sur le désir, une nuit de pluie

Je ne sais plus depuis combien de temps il m'arrive de faire ces insomnies, ces insomnies semi productives où l'activité d'écriture se met en branle. Mais jusqu'à présent, je n'ai jamais eu le courage d'un certain M. Proust...

Lettre à Houellebecq

Lettre à Houellebecq « Il est impossible d’écrire un roman […] pour la même raison qu’il est impossible de vivre : en raison des pesanteurs qui s’accumulent. Et toutes les théories de la liberté, de Gide à Sartre, ne sont que des immoralismes conçus par des célibataires irresponsables. »

Drôle de sable noir qui ressemble au café Une mine de plomb qui griffe le papier Le bruit des doigts qui tapent le clavier Le balancement du corps qui berce le bébé Une vie s'écoule au rythme du balancier L'horloge de bois nous rappelle d'exister Les saisons filent, nous retournons le sablier Le thé a…

Mon cher F., Je suis rentrée précipitamment. Je me sens fébrile, je me sens partir à la renverse au moindre mouvement. J'aurais voulu t'attendre. Lorsque tu as ces migraines, je ne sens pas que tu m'aimes. Je me sens disparaître dans l’ornière de tes yeux bleus magnifiques. Pourquoi es-tu si injuste envers moi quand tu…

Far from the sha-la-la-low

Sing me a new song, boy Tell me where your trouble coming from Do you hear that voice? It's calling from beyond your shadow I am waiting... For change, and for another everything I am searching... Turning into this mermaid mesmerised What's your story, girl My poor heart got all your attention Can you tell…

Le silence frappe à la porte Il tambourine entre mes tempes Le front chaud le ventre en transe Je pense à toi. À ton être. À son écho. À son silence. J'écoute cette fébrile patience Mon corps doucement n'est plus à moi Je sens comme une main Comme une main commune Je sens qu'elle t'appartient…