Inspirée par vos brèves j'ai fait de vos mots ce poème sans le vouloir, la plume aura dicté les miens. merci. L'heure qu'il est le soleil nous le dit exprime une liaison fidèle Dans un carambolage continu une aquarelle se délie et de muer le ciel toujours incertain sans faillir se dessinent les contours d'un…

Je trouve que l'oisiveté, quand on peut - et dieu sait si c'est rare - est une chose merveilleuse. Françoise SAGAN «Sur ce sentiment connu dont la langueur, l’apaisement m’obsèdent, j’ose apposer le nom, l’intime et tendre nom de paresse. C’est un sentiment devenu si désuet de nos jours, si contre-productif que j’en ai souvent…

Cher F., Est-ce que je peux te parler de tes mains, ce soir ? Tes mains, qui m'ont parcourue pendant tous ces jours et toutes ces nuits, tes mains, qui se sont arrêtées sur toutes les parties de mon corps, des plus ouvertes aux plus secrètes, même dans ces endroits où l'on ne passe jamais…

Je décolère. Je ne pèse plus mes mots Ceux-ci sortent de terre Fuyant l'éternel caveau Je me raccroche à ta pensée Qui seule peut donner assez d'eau À cette plume cette plante cette pierre Mortifère autrefois trop souvent Ce soir je suis neuve Tirant un beau trait solennel Sur une âme veuve d’antan Je m'endors.…

Jouissance

Dans l'insolence de tes mouvements se glisse une cambrure assassine qui lente et vive se meut naturellement et dans ces nuits de givre je les dessine Murmures d'une beauté furibonde ondulante d'émoi s'embrasent à pleine puissance deux joues en joug empourprées de jouissance eaux vives diluviennes coulantes soif de joie à son comble f.