Pensée matinale (IV)

À bout de souffle Permets-moi... Permets-moi De penser à toi Un peu Beaucoup Au bout du compte Rester sans voix Et sans savoir Pourquoi Panique des sens Bleu désarroi De l'asphyxie Matinale agonie Manque ton regard Regarder l'évidence En face de soi À la folie Pas de doute Permets-moi De penser à toi Du matin…

Je voudrais que tu m'écrives un mot. Peu importe le temps. Juste quand il le faut. Qu'importe ton humeur maussade. Je voudrais que tu m'écrives un mot. Pour que l'amour ne tombe jamais à l'eau. Je voudrais que tu sois comme cet homme. Qui se lève impavide même encor endormi. Pour aller déposer sa pierre…