orage-campagne-foin-main-11033960

Je, caché sous une aile qui battait
Tu, paré de multiples blessures
On, dévisage un champ de plaies
On dirait que la peureuse nature
Même battante ne peut cicatriser
Nous, épris du temps qui passait
Remontant le fil à travers champs
Cherchant le chas de l’aiguille
Perdue dans cette botte de foin pourri
Et vous, semblant prendre racine
Heureux, cachés au fond du puits ?
On dirait qu’ils gisent aux côtés
De leurs peurs, de leur témérité
Dans le fond de l’abreuvoir en pierre
Où l’eau fraîchement usée macère
Se régalent d’amour croupi
Les mouches trop nourries
Sur le plancher des vaches accroupis
Regardons-les voler … … … …
Ô l’orage qui sévit au loin j’entends aussi
Le cri des haches s’abattre sur nos vies.

f.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s