Photo de Francesco Ungaro (bibliothèque d'images en accès libre) Revenirà soion est dimanche.Écrire.seulementj'ai oublié mon nomce soiren regardant les étoilesbrûlant mes rétinesRevenirà la page blancheondulationinfime et infiniede lignesJouir.Du ciel qui donne toutfranche mise à nuje toise là-bascelle qui tremblantebrille plus que toutMars ou Vénus ?celle qui guideSon nom ?Sans certitude non plusÉblouir.Sa présence seulesuffit pour…

C'est le calmemutinC'est le lacheureuxqui cache la montagneC'est le pontonseul abandonnépréférant sa solitudeaux amoureuxles pieds dans l'eaumasqués drôle d'idéeC'est le soleilfeu-follet malinde dix-neuf heurestapant comme iln'a jamais tapéde la journéeC'est le souvenirdes mots de B.des lignes quinconcéesC'est l'échappée belleles becs sucrésqui remplacent les abeillesaffairés sous le figuierDix-neuf heures troisLes nuages grondeursbien sûrreprennent leurs droitsC'est toujours…

Quelques nuages Une pincéeDeux mêmeDe fleur de selLe sable dans les cheveuxÉchouéLe temps qui n'aPlus d'heure, seulementD'yeux pour le labeurQui est hors-champsSous les mûriersMaintenant. Tant mieux.Il était temps. f.

Les peines modernes

Gouttelettes sur vitre, laplumefragile, 2020 Tombées dans le lointainUn fonds solaire inattaquableOù sont enfouies les peines modernesDouloureusesTantôt vives tantôt sagesRespectueusesEt dans la désuétude de l'êtreemporté comme l'orageet ses gouttelettes grivoisesqui se meuventdans un balancier souffreteuxcomme sous hypnosed'où s'échappent usésdes sentiments indéchiffrables. f.

Le sommeil (II)

Sous des courbures féeriques Signe d'une enfance téméraire L'inquiétude a passé Comme un vent de panique Auquel nous aurions fait Un joli pied de nez Mais le sommeil persiste Étriqué dans des yeux de pierre Pendant que les grands tournesols Se jouent du soleil par milliers Se dressent dans les champs Toujours, si fiers L'échine,…