Vingt septembre.
Quatorze heures dix.

Je t'attends
tu remues tu vis
sans bruit

Je t'attends sans savoir
mais je connais
tes jours tes nuits

Tu fais mal sans le voir
mon ventre est meurtri
mon dos s'enraidit

Je t'attends
chaleur l'humeur
d'un corps pétri

Un jour une nuit
j'aurai un fils.

f.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s