J’ai cru que t’avais disparu.
Elles coulent, coulent, coulent,
Les larmes ne s’arrêtent plus.
Au fil des mots qui déambulent
Les gouttes tombent sur le papier
J’ai cru qu’on n’se reverrait plus.
Jamais plus.

T’en vas-tu ? T’enfuis-tu ?
La tête enfouie dans l’oreiller
J’ai perdu l’sens de la formule
J’ai vraiment cru que t’avais disparu.
Pensées immondes joues trempées
Il coule, coule, coule,
C’est le stylo qui éternue.
Feuille inondée clavier trempé

J’ai sangloté toute la soirée
La nuit ne fait que commencer

f.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s