la feuille de tabac

Au demeurant il ne reste rien. rien qu'une envie - virulente de prendre ta main d'enfoncer tes doigts à cet endroit un à un de lécher ta peau convergente en tout point comme tu lèches ta feuille roulée de tabac tire-moi nue fume-moi il ne reste rien qu'une envie - pressante d'embrasser ta bouche pudique…

Pour lecteurs avertis. Premier jour du printemps. Ça y ressemble. Il me baisa une dernière fois vivement. Comme une sucette qu’il lèche énergiquement. Il me baisa de la même manière. Il n’a pas fallu longtemps avant que la sève ne lui monte et qu’il m’invite à la recueillir pour qu’elle continue son trajet et qu’elle…

Prévenir un fou rire au loin un trèfle émerveillé dans la paume de mes mains nues à tout prendre réveillées à la pensée du creux chaud de tes reins je me balance encanaillé l'enfant d'alors sur le chemin encore ensommeillé j'annonce je hurle je veux vivre ouvrir cette porte entrebâillée laisser paître et brouter le…

Cher F., Est-ce que je peux te parler de tes mains, ce soir ? Tes mains, qui m'ont parcourue pendant tous ces jours et toutes ces nuits, tes mains, qui se sont arrêtées sur toutes les parties de mon corps, des plus ouvertes aux plus secrètes, même dans ces endroits où l'on ne passe jamais…

Je décolère. Je ne pèse plus mes mots Ceux-ci sortent de terre Fuyant l'éternel caveau Je me raccroche à ta pensée Qui seule peut donner assez d'eau À cette plume cette plante cette pierre Mortifère autrefois trop souvent Ce soir je suis neuve Tirant un beau trait solennel Sur une âme veuve d’antan Je m'endors.…

Jouissance

Dans l'insolence de tes mouvements se glisse une cambrure assassine qui lente et vive se meut naturellement et dans ces nuits de givre je les dessine Murmures d'une beauté furibonde ondulante d'émoi s'embrasent à pleine puissance deux joues en joug empourprées de jouissance eaux vives diluviennes coulantes soif de joie à son comble f.