Les citations aphoristiques n'ont rien d'euphoriques, sont parfois intrigantes; au mieux elles sont inspirantes. On inspire quand on les lit. On expire pour décoder leur sens. Elles donnent le hoquet, souvent le tournis. Elles ressemblent ainsi à un tourniquet. C'est le serpent qui se mange par la queue, queue qui jamais ne finit. C'est l'infini…

Je ne sais plus depuis combien de temps il m'arrive de faire ces insomnies, ces insomnies semi productives où l'activité d'écriture se met en branle. Mais jusqu'à présent, je n'ai jamais eu le courage d'un certain M. Proust...