Rubens, fleuve d'oubli, jardin de la paresse, Oreiller de chair fraîche où l'on ne peut aimer, Mais où la vie afflue et s'agite sans cesse, Comme l'air dans le ciel et la mer dans la mer - - Ch. Baudelaire, Les phares Tes mains sont mes mains Entrelacés mes doigts Sont tes doigts que je…

Le silence frappe à la porte Il tambourine entre mes tempes Le front chaud le ventre en transe Je pense à toi. À ton être. À son écho. À son silence. J'écoute cette fébrile patience Mon corps doucement n'est plus à moi Je sens comme une main Comme une main commune Je sens qu'elle t'appartient…