Pensée matinale (VI)

Je ne t'en voudrai plus quand le soleil aura passé sur ma peau nue Attendant que la joie revienne je sombrerai comme les feuilles d'un automne sans fin sans y penser tout aura disparu la colère l'inspiration d'un matin le désir qui s'est tu un instant entre deux branches comme le linge suspendu attendant sage…