Quelques nuages Une pincéeDeux mêmeDe fleur de selLe sable dans les cheveuxÉchouéLe temps qui n'aPlus d'heure, seulementD'yeux pour le labeurQui est hors-champsSous les mûriersMaintenant. Tant mieux.Il était temps. f.

ImmiscéDans ton corps de poésieJ'irai cavaler pris d'allégresseSous tes sabotsPur-sang de joieLa ferveur de tes motsqui galopent font fi des heuresJ'apprivoiseraiTa folie qui se cambreelle seule à la traînequi ne veut pas mourirQuand la nuit s'endort. f.

Cher F., Il pleut des larmes grises, et je voudrais être dans tes bras, sentir ton sourire acajou, ton pull bleu roi sur moi. Il paraît que c'est l'été, mais je ne le vois pas. La branche a cassé. Ils n'ont pu la réparer. Cette cécité me plaît toutefois. Sans mes lunettes, je ferai avec.…

Les peines modernes

Gouttelettes sur vitre, laplumefragile, 2020 Tombées dans le lointainUn fonds solaire inattaquableOù sont enfouies les peines modernesDouloureusesTantôt vives tantôt sagesRespectueusesEt dans la désuétude de l'êtreemporté comme l'orageet ses gouttelettes grivoisesqui se meuventdans un balancier souffreteuxcomme sous hypnosed'où s'échappent usésdes sentiments indéchiffrables. f.

Cher F., Il y a ce vent qui va m'endormir. Il monte, oui, je le sens, il susurre des mots, des sons. Il se montre, se fait sentir à ma fenêtre. Ce soir, il sera comme ta caresse. Je parie même qu'il sera plus généreux. Dommage que tu t'endormes si bien, si vite. Et moi…

Le sommeil (IV)

photographie studio CATH 41, pour laplumefragile Sous-titré : Songes d'une nuit d'été MER. Agitée dans son lit. VEILLE. La nuit rivée sur le cadran. ALICE. Réveillée ivre de la ville. JEUX. Dis vague. SONGE. Je divague. DUNE. Ombres de lune. NUIT. Dangerosité de l'oubli. DÉ. Tapageurs jetés. THÉ. Liqueur nouvelle enivrant. TOI. Qui attends. AMOUREUX.…