Une architecture décadente
Gagne la ville
Paris a ses Lumières
Des naturelles, des pauvres
Des savantes
Elle croît régner en maître
Même après tout ce temps
Échafaudages ruines outrancières
La Seine pue la misère
Les hôtels les riches
Les ponts les passants
Les péniches et les traversières
Se remplissent
De poètes ressuscités
Nouveau genre soi-disant
Sans renouveau
D’un siècle né 
Prématurément.

f.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s