Immiscé
Dans ton corps de poésie
J’irai cavaler
pris d’allégresse
Sous tes sabots
Pur-sang de joie
La ferveur de tes mots
qui galopent
font fi des heures
J’apprivoiserai
Ta folie qui se cambre
elle seule à la traîne
qui ne veut pas mourir
Quand la nuit s’endort.

f.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s