La mémoire électrisée, réminiscence 
de l'effet de ton torse pubescent 
tronc viril vaillant 
frôlé de mes doigts fourmillant
Depuis je tremble, corps incandescent
sous tes gouttes sauvages perlantes
redoublant de patience  
jusqu'au prochain orage 
Savante, volage, te faire attendre
que tu trépignes fou furieux je les entends 
ces hennissements qui retentissent 
dans un bleu tantôt cramoisi et vif 
d'un ciel caduc prenant ombrage 
ciselé comme l'if puissant
Puis sans crier gare la fuite 
au hasard de l'affolement craintif 
des feuilles de notre chêne  
devenu si chétif 
Et cet amour pubère qu'on croyait longévif... 

f.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s