Poésie duo – article inédit. Hicham feat. laplumefragile
à la danse des corps.

« Et tu te tournes beauté volatile
Froide…Distante
Tout à l’heure au restaurant malhabile
Mais comme il se devait
D’après nos usages lubriques
Maintenant cette chambre d’hôtel réservé
Mes contradictions
Et ma mise en demeure
Je t’entreprends sauvage
Nue, plus jamais récalcitrante
Tu me réclames ta dose de bonheur
Nous créons notre intimité
Dans la grande nuit hermétique…
Contradictions de peine et
d’envergure affriolante
dans mes cordes dans tes chimères
lacérées expressive je perdure
j’exhibe les sens les vices
l’amour comme la misère
la nuit confine en un écrin
sous les voiles diaphanes
parfumés de citron
fleurs d’oranger argousier
je mange dans ta main
ces oranges pressées
bu tout le jus
amour express vitaminé
collé serré
mon écorce s’élance
balance et
repose jusqu’à demain »

f. feat. Hicham, poète de Paname

10 réflexions sur “Collé serré

  1. Ma terre promise
    Gravée comme un poème à quatre mains
    Je te dois un orgasme radical
    En regardant les péniches scintillantes
    Inconscients papillons dans leurs désastres
    Le pâtissier, le primeur,le cafetier
    Nous jettant des regards bienveillants
    Pour toi, je me tatoue
    D’une encre indélébile

    Aimé par 1 personne

  2. Comme une prophétie
    Le mal vient de l’air
    Et dort par séquences moites
    Ma zone pelvienne irritée…
    Le tréteaux de l’artiste dans son atelier confiné
    Je n’ai pas reçu sa visite à l’aube
    Mon café avalé
    Solitaire comme le bagnard
    Mais que fait elle avec ses amants?
    Déploient ils plus de virilité que moi?
    De mauvais esprits rodent autour de ma maison..
    Tiens,la terre tourne encore
    Et mes viscères fonctionnent
    Sentir le croissant de lune de ce mois sacré
    Mais j’ai rompu le jeun,il y a si longtemps
    Au millénaire dernier
    Nos rues barbares et hérétiques
    Comme une prophétie
    Une cohue excrementielle
    J’ai regardé longuement sa jupe fendue
    C’était l’ange et le démon

    Je vous souhaite un bon de début de semaine en poésie…
    Les journées se suivent et se ressemblent à présent.
    Du courage et de la patience donc.
    Est ce qu’ une caresse virtuelle sur votre jolie joue pour vous réconforter dans l’epreuve serait appréciée également ?

    H

    Aimé par 1 personne

    1. « Tiens,la terre tourne encore
      Et mes viscères fonctionnent » étonnant mais vrai ! eh oui. Et cette terre fait tourner aussi vos méninges à plein régime on dirait ! miracle !
      « Est ce qu’ une caresse virtuelle sur votre jolie joue pour vous réconforter dans l’epreuve serait appréciée également ? » de la tendresse, on en prend tant qu’on n’en peut plus recevoir; je n’ai pas encore la joue irritée, loin de là, alors… 🙂

      J'aime

  3. Et je verse mes larmes
    Seul à défaut
    De sécrétions balourdes
    Une moisson rèche en perspective
    Mon père cet ermite ignorant
    Une sainte auparavant me donnant le biberon
    Jeunes transactions
    Existe t il une île perdue?
    Où rayonne la volupté douce
    La lave grenat
    Capturer le moment
    Le perroquet multicolore s’est enfui
    De l’épaule songeuse

    Vous prendrez bien un peu de B20 cette fois il est tendre comme ma caresse matinale.
    Le bonsoir Milena
    H

    J'aime

      1. Si vous n’êtes plus là pour très longtemps, si vous faites la pluie et le beau temps sur mes jours, si je peux encore ajouter des mots pour vous égayer, si je peux être « un arc en ciel » de passage, je profiterai alors de votre prose, de vos poèmes, de votre matinale et nocturne présence, de vos avances lyriques, de ces interludes musicaux pour éveiller mes sens et agiter mon imagination, aussi longtemps que vous serez par ici…
        Oui, « profitons-en ».

        J'aime

      2. Je resterai aussi longtemps que vous le souhaiterez belle plume..
        Je suis votre chevalier servant
        Cela vous plait quand Booba chante des chansons douces et romantiques?
        C plus audible pour vous?

        La pluie n’est toujours pas là sinon dès qu’elle coulera sur la ville pour la nettoyer de ses péchés je lirais des textes à vous ma belle et me plongerait dans votre univers.
        Je suis impatient de partager une chimay bleue j’avais autrefois un ami avec qui j’en buvait le soir.
        Tempus fugit

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s