Prévenir un fou rire au loin
un trèfle émerveillé dans la
paume de mes mains
nues à tout prendre
réveillées à la pensée
du creux chaud de tes reins
je me balance encanaillé
l’enfant d’alors sur le chemin
encore ensommeillé
j’annonce je hurle je veux vivre
ouvrir cette porte entrebâillée
laisser paître et brouter
le moindre cri
et tous ces petits riens
qui font fleurir notre amour
ce sentier incertain

f.

2 réflexions sur “Le sentier

  1. Bonjour,
    Tu veux vivre ! Hurler la vie et l’amour, la vie dans l’amour…
    C’est très réussi. Ton texte – encore une fois – me touche. Et d’une certaine façon, il n’est guère éloigné de celui que j’ai republié hier.
    Belle journée et de l’amour
    Amities
    John

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s