mésange bleue_bnf 1868

Vaillance
Mourant au clair gelé
dans l’incompréhensible mouvement
des mots fragilisés
ballotés
entre les pattes agiles
de la mésange survoltée
c’est le temps de la décadence
la plume de se laisser porter
par le moindre rayon
vulnéraire esseulé
un matin sous les gouttes
d’une commune rosée
s’accrocher au bourgeon
téméraire qui danse
redonnant de l’espoir
nom trop désabusé
à la pierre assoiffée

mais renaître oui
Qui sait ?

f.

illustration (BnF) : La mésange bleue, Lettres à Julie sur l’ornithologie, Étienne Mulsant, 1868

8 réflexions sur “Pensée matinale (VII)

    1. Merci pour ces petits trésors musicaux et lexicaux.

      Par delà les racines
      La vie s’évade
      L’air se confond
      En excuses regrettables
      Le violon n’a de cesse
      D’amuser la muse
      Danse du palais
      Qui de justesse
      Échappe à l’agueusie
      Dansent les gueux
      Jusqu’au bout
      De la nuit.

      Je vous la souhaite douce
      Apaisé
      Mon ami.

      M.

      J'aime

    2. « Quand l’herbe poussera sur ma tombe, Que ce soit le signal qu’on m’oublie tout à fait, La Nature ne se souvient jamais, c’est pour ça qu’elle est belle, Et si l’on éprouve le besoin maladif d »‘interpréter » l’herbe verte sur ma tombe, Qu’on se dise alors que je continue à verdir et à être naturel. »
      F. PESSOA (1915)

      Aimé par 1 personne

  1. Je me remets de la loterie nocturne
    Des gains
    Et pertes sèches
    Le styx, le Nil,le Danube
    Ou le Rhin des noirs lutins
    Veux tu venir au musée avec moi?
    Voir le tigre ou le chien malmené..
    Fraise…Myrtille..Framboise
    Saillies libératrices dans un champ de mirabelles
    Un coma sucré où tu flotteras
    Loterie nocturne
    Connivence filiforme
    Dans le va et vient primal
    Magma
    Sur une brèche bien tendre

    À vous Mylena
    Votre ami Hicham
    Que la nuit vous soit douce également

    Aimé par 1 personne

  2. Au cours de ma balade matinale pour aller chercher mon tabac chez mon buraliste.
    Je suis passé à côté de l’hôpital Robert Foix à Ivry sur Seine où ce cher Antonin Artaud a rédigé ses carnets d’Ivry et a eu le mauvais goût de mourir…
    Une citation de ce génie m’est revenu alors que je partage avec vous mon amie Mylena

    « Mais que les mots enfles de ma vie s’enflent tous seuls de vivre dans le b a-ba de l’écrit.
    C’est pour les analphabètes que j’écris.
    Qu’un poète pousse des cris[…]. »

    A méditer et savourer peut être?
    Le bonjour chez vous chère plume

    Aimé par 2 personnes

    1. Bien le bonsoir, cher Hicham. Moi aussi j’ai eu envie ce soir de partager avec vous de la poésie qui n’est pas la mienne… enfin après tout, la poésie peut bien être universelle. Les mots ne sont à personne. Lisez plutôt ceci de Fernando Pessoa : « Si ce que j’écris a de la valeur ce n’est pas moi qui en ai : la valeur est là, dans mes vers. Tout cela est absolument indépendant de ma volonté. »

      Aimé par 1 personne

  3. Dès le confinement achevé j’irai à la maison de la poésie chercher les deux exemplaires de sa revue Orpheu (ils ont de belles rééditions bilingues là bas )et nous en lirons des passages au gré de nous déambulations…
    Somnambules et profitant enfin du printemps…
    D’ailleurs le thème du marché de la Poésie cette année était le courage…
    Je vous en souhaite beaucoup pour supporter cette drôle de période.
    Vous pouvez aussi me contacter à loisir Mylena si le spleen vous ronge.
    Merci pour le partage et votre bienveillance.
    Le bonsoir poétique et un peu plus aussi ma chère.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s