Dans l’insolence de tes mouvements
se glisse une cambrure assassine
qui lente et vive se meut naturellement
et dans ces nuits de givre je les dessine

Murmures d’une beauté furibonde
ondulante d’émoi
s’embrasent à pleine puissance
deux joues en joug
empourprées de jouissance
eaux vives diluviennes coulantes
soif de joie à son comble

f.

Patricia Timmermans Tableau-6
Peinture, Patricia Timmermans

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s