Chers lecteurs,
Chers abonnés,
Chers voyageurs d’hier et d’aujourd’hui,
vous qui viendrez encore demain, même si on est lundi,
qu’il faut retourner au turbin,
vous qui aimez lorgner sur ma prose et ma poésie,

Je voulais vous écrire depuis longtemps, mais ces quatre derniers mois ont été très secouants. Des chamboulements, il y en a eu dans la vie intime, dans la vie professionnelle, dans la vie quotidienne. Ces chamboulements, je suis contente de les avoir provoqués. J’avais besoin d’être secouée. De me sentir VIVANTE. Aussi je voulais vous écrire maintenant. Sans savoir par où commencer, j’ai tout de même commencé à écrire ce billet. M’en voilà soulagée.

Laplumefragile fête ce mois-ci ses deux ans. Qui l’eut cru ? Il fallait bien que je sois la première à le croire pour en être convaincue. L’aventure me plaît. J’y suis j’y reste.

Puis, il y a eu ce titre intriguant chez Carnets paresseux. Il m’a bien fait peur ! ADIEU L’ECRITURE. Quelle horreur ! ouf, c’était pour le jeu.

Il y a aussi du nouveau dans cette aventure pour laplumefragile : premières publications dans la revue d’Élisée, Lichen, qui a accepté de faire paraître mes Pensée matinale I et II dans l’édition du mois de novembre. Petite fierté poétique et primesautière.

À propos de lichen, avez-vous entendu parler du blob ? Non, pas le film, cette nouvelle espèce qui n’est ni un animal, ni un végétal, ni un champignon. Il paraît que c’est un organisme vivant unicellulaire doté d’une grande intelligence sans neurone… L’humanité n’a qu’à bien se tenir !

Dans l’aventure, il y a F., toujours présent. Comme un fil, un guide, un a(i)mant qui me ramène toujours à ce que je suis, à ce que j’aime, à ce qui me fait vibrer. C’est grâce à ce personnage que je plante mes mots et que je rythme ma vie. L’écriture est-elle un tuteur qui servirait à construire cette vie ?

D’autres questions me brûlent :
Qui s’intéresse autant à LA CHAROGNE ? Ce texte est consulté tous les jours depuis des semaines. C’est très curieux. J’aime bien observer ces petits phénomènes. À moins que ce ne soit des élèves en histoire de l’art qui s’intéressent à ce tableau en ce moment.

Sans transition aucune : pourquoi travaillons-nous autant ? Je serais partisane de la semaine de 4 jours. Ils l’ont bien instaurée dans certaines écoles. A quoi ça sert de trimer 40 heures par semaine, honnêtement, quand on n’est « productif » (j’abhorre ce terme) que la moitié du temps ? Et si on s’inspirait des pays nordiques ?

Quelqu’un a lu L’Humanité en péril, de Fred Vargas ?

Pourquoi / Comment un dessin animé parvient-il à faire la une à la télé, à la radio, dans les journaux, dans les conversations (petits comme grands) pendant des mois jusqu’à ce qu’il sorte sur grand écran, et même après ! ? Non, mais sérieusement ?

Enfin, je voulais vous écrire car ce silence a duré trop longtemps.

Affectueusement,

f.

VIVANTE
VIVANTE, par Annick Gaudreault

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s