Cher F.,

J’aime toujours autant t’écrire. T’écrire c’est vivre, pour reprendre la citation de Marina Tsvetaeva.
Même pour ne rien te dire. Comme aujourd’hui. J’ai pris toute la pluie. Ce soir je l’ai accueillie. Toutes ses gouttes. Toute sa fraîcheur. Toute son humidité moite. Toute sa force. Elle a lavé mes pieds meurtris d’immobilité de la journée de travail assis. Elle a nourri mon corps à moitié vidé de sa substance organique. Elle a réhydraté ma chair desséchée. Elle a réveillé mes cellules abîmées, fatiguées, défraîchies. À quoi devais-je bien ressembler alors sous mon parapluie ? À un robot animé. On connaît les discours sur l’esclavage moderne. Difficile de les ignorer. Nous sommes presque programmés. Difficile de ne pas en subir les conséquences que l’on connaît aussi. Pour mon bonheur alors, j’ai pris toute la pluie. J’aurais pu prendre le tramway. J’aurais dû l’attendre longtemps. J’étais impatiente. Comme les nuages, pressés de s’ébrouer. Comme l’orage, de se heurter à la terre, endolorie par l’amnésie caniculaire.

J’étais pressée de t’écrire, comme j’étais pressée de vivre. Je suis rentrée, heureuse et mouillée. J’ai préparé un curry. Ton plat préféré. Je t’attends. Je lis.

Je suis heureuse de t’aimer.

f.

9 réflexions sur “L’orage

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s