De tes nouvelles. De l’oxygène amoureux. Grosse fatigue aussi. Crois-tu que nos états soient parallèles ? Mal de gorge. Dans les courants d’air jour et nuit. Quelque chose d’étouffant dans l’air. Et l’affreux air conditionné sévit dès que nous prenons les transports. Bus-métro-métro-bus. Les distances sont trop longues, même au cœur de la ville. État de déprime (passager ?). Je me dis que je vais m’y faire. Tu réponds que les choses vont se mettre petit à petit. De quelles bêtises parlais-tu au fait ? J’ai pris des photos de bibites encore hier. Tu as raison. Elles, elles ne se posent pas de question. Elles vivent bien ainsi. En rentrant j’achète les Pensées de Blaise Pascal. On dit qu’il était quelqu’un d’extraordinaire, d’admirable. S’il peut penser pour moi, tant mieux.

Bande-son du jour : Toute une vie sans te voir. Véronique Sanson.

f.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s