Enfin rentrés. La pesanteur nous tombe dessus comme un coup de massue. Il faut rester éveillés jusqu’à ce soir, même si nous avons très peu et trop mal dormi durant ce vol de nuit. Le décalage horaire va encore me coûter quelques jours, mais sans doute moins qu’à l’allée. L. est excitée comme une puce. La climatisation à outrance a eu raison de moi une seconde fois. Voix défaillante. Mon train a déraillé. Il est avachi dans le sable après avoir mordu la poussière. J’ai l’impression de peser trois tonnes. J’ai grossi (d’autres diront que j’ai repris du poil de la bête). Disons que j’aurai probablement récupéré mon tonus d’ici deux jours. J’espère. J’avais envie de te faire une blague en te disant qu’on était restés finalement. Que la vie là-bas est bien trop belle pour la quitter comme ça. Bien plus belle qu’ici. C’eut été te mentir sur toute la ligne. Je ne crois pas un traître mot de ce que j’écris. Je suis bien ici. Je ne veux pas repartir. Tu as peut-être raison. Je n’ai aucun humour. Pas celui-là en tout cas. Cela me fait presque du mal de dire qu’on serait resté. Car je n’entends pas le son des vagues à MTL, ni à Oka. Ni à QC. J’ai envie de toi. Tout mon corps brûle à l’idée de ressentir le tien. Te revoir. Ce voyage, avec la petite et le mari – un trio en vase clos éreintant – c’étaient toutes mes forces. Je dois me refaire une santé. Est-ce que cela veut dire te revoir AU PLUS VITE ? J’ai songé à refaire de l’aquarelle quand je serai seule avec moi-même. Peindre le ciel. Les ciels. The sky is the limit. Aujourd’hui c’est la journée du dépassement. Encore un jour qui recule dans l’année. On va tous mourir. C’est aussi la journée où je me dépasse un peu plus. Une journée sans t’avoir retrouvé encore. Une journée encore à me demander ce que je fais dans ce lit jambes à moitié refermées en pensant à toi. En t’écrivant toujours autant. À côté de mon mari endormi. Les choses doivent changer. L’éloignement a du bon, ça donne de la suite dans les idées.

Bande-son dans l’avion : album Parachute de Coldplay. Don’t panic

f.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s