On ne dit pas se tirer mais s’étirer après l’amour.

Nul besoin de souligner qu’un défaut d’accentuation peut gravement nuire à votre relation ou engendrer une circonvexation aiguë des moins les plus inutiles. L’apostrophe, élision somme toute utile quant à elle, servira à éluder la catastrophe. Pensez-y, vous ne vous en porterez que mieux. L’amour est bon pour la santé si l’on apprend à se consumer sans modération. Tout est question d’étirement, de pratique et de respiration.

f.

6 réflexions sur “Une bonne leçon

  1. L’amour, l’amour, tu veux parler de l’acte d’amour, ce besoin de se consumer sans modération, et s’étirer… avant aussi ça fait du bien et c’est signe de bonne santé, après on peut se tirer tout court, pourquoi pas ? ou se tirer une balle dans la tête ou dans le pied c’est une façon de se consumer 😉

    J'aime

  2. « Du bon usage du vocabulaire », pourrait s’intituler ton article. Et je lui trouve un intérêt majeur, sans rire. Les gens ont tendance à user des mots sans faire attention…un contresens est vite fait ! ;-)) Et si je te dis : viens, on va tirer ensemble à la salle. Dans ce cas, on peut s’étirer avant (recommandé !) et après aussi, d’ailleurs…et l’on peut également se tirer après, chacun de son côté. Et remettre les fleurets dans les sacs 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s