Chagall 1914 – Les Amants bleus
Chagall 1914 – Les Amants bleus

À bout de souffle
Permets-moi…

Permets-moi
De penser à toi
Un peu Beaucoup
Au bout du compte
Rester sans voix
Et sans savoir
Pourquoi
Panique des sens
Bleu désarroi
De l’asphyxie
Matinale agonie
Manque ton regard
Regarder l’évidence
En face de soi
À la folie
Pas de doute
Permets-moi
De penser à toi
Du matin au soir.

f.

Passionnément.

 

4 réflexions sur “Pensée matinale (IV)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s