Et c’est là que mon cœur saigne
Exactement là où tu me l’as pris
En l’an de grâce incognito
Dans cette vaste librairie
Où trône ce grand piano
Sur lequel s’est jouée
L’histoire d’un fiasco
Sorte de maladie sibylline
Cœurs décomposés en morceaux
Sans jamais former ce duo

Et c’est là que mon cœur saigne
Exactement là où tu me l’as pris
En l’an de grâce incognito
Dans cette vaste librairie
Où trône ce grand piano
Aujourd’hui refermé
Sans l’ombre d’une main agile
Donnant le La tournant le dos
D’une partition difficile
Curieusement délaissée
Faute d’imagination

Et c’est là que mon cœur saigne
Exactement là où tu me l’as pris
En l’an de grâce incognito
Dans cette vaste librairie
Où trône ce grand piano
Mon cœur se serre
En le touchant aveugle
J’écris en entendant
La douce Valse d’Amélie
Mélodie orpheline
En guise de pansement

f.

6 réflexions sur “Mélodie orpheline

  1. Les pianos et bien d’autres instruments de musique nous volent toujours notre coeur et nous laissent cloués à un nuage.
    J’aime beaucoup « l’an de grâce incognito »…
    Et puis cet échange de courriers est bien prenant !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s