Alouette des champs

J’observe curieusement
Des sourires dans l’interstice de l’entregent
Le flux humain celant malice défilant
Je l’aperçois
Le temps d’un voyage seuls à seuls en train
Happés du quotidien Figures de métro-hommes
Emplis d’une cordiale lassitude Cherchant l’envol Enfin
Défi d’effacement d’amertume
Laissant à quai la désuète infortune
Je la regarde
Entre deux têtes chancelantes Je suis alerte
son sourire bousculé Figure acrobatique en coin
Dans ces interstices de chair métalliques
Je chasse un œil mâtin au vent
Saisissant l’arrêt du mouvement
Je m’attarde sur ses boucles et mèches brunes
Sa peau au grain tacheté
Elle a cligné de l’œil ses cils éméchés relevés
La nouvelle inconnue porte son nom
Mais tout juste prénommée Envolée l’alouette
Dans un matin doré

f.

texte : laplumefragile
crédit photo : site chasse-passion

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s