Dans l’anfractuosité de ton amour
Frissonnante je pénètre
Frôlant ses aspérités ses contours
Pour atteindre ton être
Une existence enfouie depuis toujours
Qu’on ne peut révéler faire paraître
Mémorable vestige à l’abri des vautours

Je cherche à t’approcher objet tant convoité

Chaque pas dans cette dense obscurité
Je te devine instinctivement
Sans craindre l’ombre obscène qui vit
Nature profonde mais endormie
Recroquevillée dans l’oubli
J’attise le passé courtise le présent
Jusqu’à lever le voile de ton intimité

Je cherche à te toucher désir dissimulé

Dans le silence creux et leste
Se mêlent impressions d’étrangeté
Corps mouvants sensibles à l’ivresse
A toute vérité nue savamment dessinée
La mort côtoie l’amour funeste
Des âmes millénaires animales effleurées
Vibrantes en ces murs exhibant tous leurs gestes

Ci- gît le gage rupestre de ton humanité

f.

photo iStock : peintures rupestres de la Cueva de las manos, un site archéologique de la Patagonie Argentine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s