La charogne
La Charogne, DE BOEVER Jan Frans, 1923

Là-haut épiant tapis dans les cimes
Il se trouvait fourbe guettant le moindre signe
Fomentant pour commettre son crime
Entendre l’écho perçant du chant du cygne

De là-haut il a tout contemplé
Les yeux avides le ventre affamé
Comme épris de vertiges il s’est envolé
Prêt à se servir prêt à la dévorer

Ont retenti des cris écoeurés et repus
Le gosier rassasié la langue bien pendue
Une mise à mort condamnant la mise à nu
Sous un ciel mouvant la proie laissa sa mue

f.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s