[ces souvenirs] tout cela tombe un peu en poussière. C’est comme une collection de beaux éventails d’un autre siècle sur un mur. On les admire, mais il n’y a plus de mains pour les faire vivre.

M. Proust, dans Monsieur Proust, de Céleste Albaret

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s