Une nouvelle fois, je m’étais dit que j’allais m’épancher dans mon carnet pour ne pas te déranger, mais je n’ai pas envie de me sentir isolée ce soir, j’ai envie de partager.

Silhouette

Je sors d'ici et comme chaque soir d'hiver il fait noir. Un brouillard épais et nébuleux a envahi l'atmosphère. Mes jambes sont instantanément figées par l'humidité perçante. Et je sens déjà naître la première larme de froid au coin de l’œil. Bientôt c'est ma vue qui se brouille. Ou bien est-ce le brouillard qui voile…

Les mots qui manquent

Je t’aime. Je crois vouloir encore te le dire, et ceci parce que cela ne doit pas être dicté par un rapport d’équilibre entre nous. Mes je t’aime peuvent encore trouver leur place, même dans une communication muette. Petite parenthèse : j'ai lu ces derniers mots dans une lettre de Sollers à Rolin (te rappelles-tu…