Chère Pauline,
Mademoiselle Croze,

Permettez-moi de vous demander,
Enfin, je vous le demande simplement,
Oui mais… M’en voulez-vous ?
Si vous aviez l’envie, le temps, (de) la joie,
De m’écrire une chanson ?
À vrai dire, il faudrait la composer non pas pour moi,
Mais pour un être aimé, qui,
Lorsqu’il vous écoute, fredonne et dit penser à moi.

Pauline, dessine-moi une chanson.
J’aimerais, par cette composition,
Originale, unique et singulière,
Lui faire plaisir, le surprendre, l’émouvoir,
À l’occasion de son anniversaire.

Si cela peut vous aider, je peux déjà vous dire,
L’amant est blond, ses yeux sont clairs,
D’un bleu corail, pas trop profond.
Il a l’humour bien trempé,
Ne cesse jamais, par tous les temps,
Même si c’est orageux, qu’il connaît peu,
De blaguer, à longueur de journée.
Une belle façon pour lui, souvent
De détourner ses sentiments.

Blague à part, ceci est une belle mise à nu,
À qui je l’offre ? à la belle connue.
«T’es belle,..» : dès fois, il me fredonne votre chanson à l’oreille.
Il dit que ça fonctionne aussi pour elle.

C’est un vrai bec sucré,
Les mangues séchées, c’est son péché.
Coca-Cola, spéculoos, crocodiles HARIBO
Il lui en faut. Chaque jour. Quelle heure est-il ?
Sans importance. C’est un peu son défaut.

Nous aimons arpenter les rues de Bruxelles,
Dans la ville, dans les parcs, on se promène.
Ils sont notre jardin secret, notre jardin d’hiver.

Nos balades sont comme nos étreintes,
Elles durent pendant des heures,
Rythmées par le silence, les conversation haletantes,
Et les battements fous du cœur.
À nos heures creuses,
de la détente et de l’amour sonne l’heure.

Quand ses yeux sont plongés dans mes rétines,
Je succombe, je vacille, je trépigne.
Son baiser n’est pas loin, ses lèvres sont parfumées,
Elles sentent souvent le tabac froid.
Quand je suis ivre de lui, c’est l’euphorie.
La beauté de l’ivresse me prend,
Dans la chaleur de ses caresses.

Ses mains sur mon visage,
et c’est mon cœur qui prend le large.
Il dit que je suis comme un ouragan,
Je dis de lui qu’il est un peu comme le vent.
Le feu, le vent, un amour qui déchaîne les éléments.
Mais il faut bien garder les pieds sur terre, de temps en temps.
Il me donne envie de voyager. Me fait rêver.
Me fait espérer que le monde peut changer.

Notre histoire est belle, Pauline, pourriez-vous la chanter ?

from f. to F.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s